• Home   /  
  • Archive by category "1"

Essaye-Moi Film

Pef, plein de bonne volonté, fait du Pef. A l’américaine, avec un gros casting, par les sentiments ou les gags, ça ne colle pas. On ne croit pas à son histoire, artificielle comme ses jolis plans.

L’argument : Quand Yves-Marie, neuf ans, demande à Jacqueline, qui a son âge : "Epouse-moi", elle répond par une pirouette : "Le jour où tu vas dans les étoiles, je te donne ma main." Vingt-quatre ans plus tard, quand Yves-Marie, devenu cosmonaute, vient sonner à la porte de Jacqueline, celle-ci s’apprête à épouser Vincent et a tout oublié de sa promesse. Alors Yves-Marie a une idée : "Essaye-moi une journée avant de dire non !"

Notre avis : Chez les Robins des Bois, Pef (pour Pierre-François Martin-Laval) jouait le candide cascadeur, le tendre aux yeux bleus un peu simplet sur les bords. Pef arrive au cinéma, devant et derrière la caméra. Pierre-François a bien essayé d’interférer, en le sortant des histoires à la Robins des Bois, en vain. C’est bien un film de Pef qu’Essaye-moi, une histoire de cœur un peu cucul comme son personnage, pas franchement crédible et qui peine à faire rire par trop de systématisme. Un film qui se tire sans cesse dans le pied, faisant de ses qualités et de ses bonnes idées des défauts.
Candide comme son personnage, sans doute émerveillé par la bobine qui s’offrait à lui, Pef (nous l’appellerons ainsi pour plus de simplicité) à voulu semble-t-il faire son Amélie Poulain à lui. Essaye-moi est en effet un conte en décalage, avec ses petits plaisirs simples et son apologie de la sincérité, le tout plongé dans un univers de carton-pâte, à savoir un lotissement à l’américaine, sans murs ni barrières, très propre et très riche. Donc qui sonne faux. Mais là où Amélie fonctionnait, grâce à ses personnages, Essaye-moi bloque.
Paradoxalement, le casting est ici parfait. Chacun des rôles est tenu par un acteur de talent, et on est bien content d’y croiser les Robins, plus pour le décor, il faut bien le dire. Mais, et c’est là le grand problème, chacun fait tellement dans son registre qu’on s’ennuie ferme. Pef fait donc son Pef à volonté, jusqu’à l’agacement (on ne rit même pas de le voir s’étaler de tout son long, c’est dire...), Julie Depardieu joue les filles simples et jolies, Pierre Richard le papa gaffeur, genre grand blond à chaussettes (on se comprend...), Isabelle Nanty la bourgeoise en tailleur un peu cinglée, etc. Le tout ne colle pas, brasse pas mal d’air, et s’épuise. Il faut presque une heure de film pour sentir une certaine complicité entre Pef et Julie Depardieu. Seul Kad, bien que très Kad en mari chasseur, est parfait.
Trop superficielle, l’histoire de cœur du gentil Pef ne touche pas, et ses tentatives en forme de sketches pour s’attirer la sympathie du spectateur, poussés à l’extrême quand il s’introduit dans un zoo pour y enlever un pingouin (c’est tendance en ce moment), ne font pas mouche. On reste à l’écart de toutes ces belles images, tendu, à la recherche d’une raison d’être aimable avec ce premier film qui invite par son titre à la tolérance. En vain. On l’a essayé, on n’est pas convaincu.

Pierre Langlais

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Langue de tournage :

Français

Autre pays coproducteur :

France

EOF :

Inconnu

Nationalité :

100% français (France)

Année de production :

2005

Sortie en France :

15/03/2006

Durée :

1 h 30 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

113.136

Visa délivré le :

02/05/2006

Agrément :

Oui

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur

Cadre :

1,85

Format son :

Dolby SRD

One thought on “Essaye-Moi Film

Leave a comment

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *